Devenir citoyens italiens après s’être marié

francia cittadinanza italiana

Devenir citoyens italiens après le mariage est possible, cependant, cela ne peut se faire que si on respecte et suivre les règles prévues par la Loi 91/1992. Conformément à la loi 91 de 1992, qui est actuellement en application, la nationalité italienne peut être obtenue par le mariage.

La demande doit être présentée au préfet du territoire où réside le demandeur actuellement. En attendant, si l’époux de l’étranger réside à l’étranger, la demande doit être présentée au bureau consulaire du territoire en question. En plus de cela, la citoyenneté de décret accordant sera signée par le Chef du Département des libertés civiles et de l’immigration.

Comme indiqué par la loi, précisément à l’article 5: «Le conjoint, étranger ou apatride, d’un citoyen italien peut acquérir la nationalité italienne après avoir été légalement (pour une période de deux ans ) sur le territoire de la République après son mariage. Ou, au bout de trois ans à compter de la date du mariage si vivant à l’étranger. Si, au cours de cette période, il n’y avait pas de dissolution ou de l’annulation des effets civils du mariage. en outre, s’il n’y a pas de manifestement de séparation juridique des époux.

D’autre part, il existe différentes exigences que l’on doit avoir dans le but d’acquérir la citoyenneté par le mariage. Tout d’abord, le demandeur doit être marié avec un citoyen italien depuis au moins deux ans et doit avoir la résidence légale permanente (à savoir la possession d’un permis de séjour en cours de validité et de l’enregistrement des naissances) dans une commune italienne pour une période de deux ans minimum à partir de la date du mariage.

citoyens italiens

Si l’un des époux a acquis la nationalité italienne par naturalisation après leur mariage, le calcul commence à partir de la date d’acquisition de la nationalité italienne du conjoint, au lieu de la date du mariage.

informazioni cittadinanzeToutefois, si les époux vivent à l’étranger, la demande de citoyenneté peut être présentée après trois ans (18 mois s’il y a des enfants) à partir de la date du mariage à l’autorité diplomatique compétente. Si, après trois années passées à l’étranger à partir de la date du mariage, les époux décident de transférer leur résidence en Italie sans le conjoint étranger ayant déjà demandé la citoyenneté, ce sera soumise à la préfecture compétente, lorsque le demandeur se conformera aux règles de résidence, et sera enregistrée dans les données de la population de résidence. Sans la nécessité de deux ans de résidence légale sur le territoire italien.

Les conjoints devront démontrer qu’il n’y a pas eu de dissolution (par suite à la mort de l’un ou par décret de divorce), le vice de la révocation ou de séparation légale sanctionnée par un juge. Sous aucune circonstance, il ne peut être accordé une citoyenneté italienne si le demandeur a été condamné par un jugement définitif pour infraction intentionnelle d’un emprisonnement de trois ans, les délits politiques passibles d’une peine d’un an, ou, les infractions contre la personnalité de l’Etat ou des raisons liées à la sécurité de l’Etat.

La question de la citoyenneté par le mariage, ainsi que tout autre de son genre, prévoient le versement d’une contribution de 200 euros, et doit être soumis par voie électronique, avec toutes les informations utiles qui peuvent être trouvées directement sur le site officiel du ministère de l’intérieur.

About the Author

Avv. Angelo Massaro
Avvocato esperto in problematiche dell'immigrazione e diritto di cittadinanza